Le remorqueur BALIDAR, l'épave aux trois naufrages

La Fiche Technique

Pavillon
Allemand   
Dimensions
24.00 x 6.90 x 3.60 m
Tonnage
134 tjb
Motorisation
Machine triple expansion de 600 CH
Le Balidar

L’Histoire

 

Le BALIDAR est un remorqueur commandé par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Dieppe aux chantiers du Trait. Le remorqueur est lancé le 3 septembre 1924.

Le BALIDAR mène, en compagnie des remorqueurs ROMULUS et JEAN-COUSIN, une carrière paisible au sein du port de Dieppe jusqu’à l’invasion de la France par l’Allemagne. Lors d’un raid aérien dans la nuit du 9 au 10 juin 1940, la Luftwaffe coule le remorqueur BALIDAR dans l’avant port de Dieppe.

Le 19 mars 1941, le BALIDAR est renfloué par l’entreprise de sauvetage Mario Serra pour le compte de la Kriegsmarine et est affecté au port de Boulogne sous le repère B 125 pour l’opération Seelöwe.
Le 27 mai 1943, le remorqueur est endommagé à la suite d’une collision avec un Marinefährprahm à Boulogne. Il est alors emmené à Cherbourg pour réparation. Mais quatre jours plus tard, le 31 mai, le BALIDAR est victime d’une attaque aérienne et coule dans le bassin Napoléon. Il sera de nouveau relevé.

En ce début d’après-midi du 14 septembre 1943, la brise légère de secteur sud-sud-est au large de Landemer n’entrave pas la lente avancée d’un convoi faisant route à l’ouest. Il s’agit du remorqueur BALIDAR tractant à la vitesse de cinq nœuds le bateau-feu WEST-HINDER. Afin de les protéger d’une éventuelle attaque alliée, les autorités leur ont adjoint deux bateaux d’escorte issus des flottilles de défense portuaire de Cherbourg et Boulogne : les FBO 06 et FC 02, chacun d’eux se trouvant à une extrémité du convoi.

Ce même jour, le 486 Squadron de la RNZAF a pour ordre de patrouiller dans l’ouest du Channel. Après avoir survolé la presqu’île à partir de Barfleur puis rejoint les Anglos Normandes, le Squadron Leader DJ Scott ordonne à ses pilotes de rejoindre Cherbourg via le Cap de la Hague. La rencontre avec le convoi allemand est alors inévitable.

L’escadrille composée de douze Typhoon va se diviser en sections de quatre avions afin d’opérer trois passages successifs sur le convoi. Mais à la côte, le 486 Squadron est déjà repéré et il va très vite faire face à un intensif barrage de la Flak. A cela s’ajoute la modeste puissance de feu de l’escorte du convoi. Ca n’empêche pas au Squadron de littéralement fondre sur les quatre bateaux. Un seul passage de chaque section suffit à mortellement blesser l’ensemble des unités de la Kriegsmarine. Deux d’entre elles coulent très rapidement : le WEST-HINDER et l’un des deux Hafenschutzflottille-boot. L’autre navire d’escorte va dériver un instant vers l’ouest pour s’échouer sous Gréville. Quant au BALIDAR, touché sur l’arrière bâbord, il coule après avoir dérivé de plus d’un mille dans le nord-ouest.

L’Épave

Posée droite sur sa quille sur un fond de 48 mètres, c’était, jusqu’en août 2006, une magnifique épave quasi intacte. Hormis une brèche à l’arrière bâbord et la disparition de la cheminée, l’ensemble n’avait pratiquement pas bougé. Les cabines avant étaient facilement accessibles et on pouvait y reconnaître l’emplacement des toilettes. Mais aujourd’hui, le pont s’est effondré sur les trois quarts de la longueur de la proue à la brèche arrière. Le peak avant est entièrement ouvert. Les cabines ne sont plus qu’un amas de tôles. L’effondrement a mis à jour la chaudière et la machine triple expansion.

Quant à la poupe, jusqu’en 2016, elle avait conservé les formes très caractéristiques d’un remorqueur. Et si on était très observateur, on pouvait reconnaître une partie du nom du remorqueur (BALI***) et de son port d’attache (DIEP*E). Malheureusement, le temps faisant son effet, la poupe a rejoint le fond…

Les Sources

Webographie

Bibliographie

  • Maurice Quemin Le Trait, berceau de 200 navires (Maurice Quemin 1987) P.63-P.66

  • Lloyd’s Register (1945-1946)

Correspondances

  • Maurice Quemin

  • Theo Dorgeist

Autre

  • Base de données du SHOM

Merci à Matthias Dufour pour le partage des informations 😉

Fermer le menu